Une modeste et courte histoire de l’Or à travers les siècles

L’histoire de l’or débuta il y a plus de 7000 ans, 5 millénaires avant Jésus Christ, à la fin de la Préhistoire. Des peuples comme les sumériens utilisaient l’or. Des recherches historiques ont menés à découvrir la façon dont étaient organisées les cérémonies funéraires.

A l’enterrement du roi de Sumer, les membres de la cour portaient des bijoux en métaux précieux, le roi et sa sépulture étaient couvert d’or et d’argent. Le cortège du roi d’Ur but un poison dans des coupes d’or pour accompagner leur roi au royaume souterrain.

On peut facilement imaginer que l’or a attiré la convoitise de l’homme depuis les temps les plus anciens ne serait-ce que pour l’esthétisme. Par nature l’homme est attiré parce ce qui brille. La rareté de l’or fait d’une pépite un trésor merveilleux.

Les pharaons furent les premiers à faire de l’or une véritable industrie avec leurs mines comptant des milliers de travailleurs esclaves. Par leur technique avancée, les égyptiens arrivèrent à un degré de raffinement bien supérieur aux Sumériens, Les bijoux était plus travaillés et plus détaillés.

L’or des tombes pharaoniques était souvent volé par des pilleurs. Le roi Toutankhamon reposait dans un triple sarcophage. Les deux premiers étaient fait de bois recouvert d’or, le dernier était en or massif. Dans le reste de la chambre funéraire du roi, tout était doré. De nombreuses statues veillaient sur le corps du défunt.

Crésus est un nom célèbre que l’on retrouve de nos jours dans le langage courant “riche comme Crésus”. Crésus était roi de Lydie à partir de 561 av JC. Sa richesse colossale venait de la rivière aurifique appelée Pactole.

Athènes possédait une grande réserve d’or qui venait des mines de Macédoine et de Thrace. Cet or devait leur servir en périodes difficiles, ce qui ne manqua pas d’arriver. Au Vième siècle av JC, tout cet or servit à financer la guerre contre Sparte, même les 1130 kilos d’or qui recouvraient la grande statue d’Athéna mesurant 11 mètres. La Perse profita de cette guerre pour s’emparer des mines d’Athènes. A cette époque, la perse contrôlait toutes les mines d’or de l’Indus jusqu’au Nil.

En 520-480 av JC, le grand roi Cyrus fondateur de l’empire Perse fut le premier à frapper des pièces d’or. Il les fit à son effigie et appela cette monnaie des Dariques.

L’usage de la pièce d’or comme monnaie de référence s’est par la suite répondu à la Grèce, puis au monde entier. Notamment au IVième siècle ap JC quand l’empereur romain Constantin Ier instaura le monométallisme.

Les pièces de monnaie étaient une invention merveilleuse facilitant les échanges commerciaux. Il n’y avait plus besoin de peser l’or ni même de vérifier la pureté de l’or du moment que ces pièces étaient authentiques.

La monétarisation de l’or a démocratisé l’or le rendant plus accessible au commun des mortels, alors qu’avant, le principal usage de l’or était l’ornement d’édifices et d’objets de cultes. La monétarisation a augmenté le voyage et l’exportation de l’or, son besoin également. L’or ayant un nouvel usage, il a fallut augmenter le volume d’extraction de l’or pour répondre à la demande.

En Grèce, les pièces étaient principalement en argent car les grecs avaient de grandes ressources d’argent et peu d’or.

Au IVième siècle av JC, Alexandre le Grand entreprit la conquête du monde. Parmi ses objectifs majeurs, il souhaitait s’emparer de l’or des Perses. Alexandre le grand utilisait l’or comme moyen de propagande, et comme contrôle des armées. En payant bien ses hommes, il empêchait les pillages. Lorsqu’un soldat rentrait en permission, une prime en or lui était octroyé. Il montrait ainsi au peuple la grandeur de l’empire et il motivait les futurs soldats.

Les pièces frappées par Alexandre le Grand et par son père Philipe s’appelaient des Philippeioi. Après eux, elles prirent le nom d’Alexandre. Les Philippeioi sous Philippe II étaient frappées de la représentation de Zeus d’un coté et d’un chariot de l’autre. Le chariot représente sa victoire aux courses de chars aux jeux d’olympiques en 357. De son côté, Alexandre frappa une représentation d’Hercule. Tous deux avaient fait des effigies des Dieux leur ressemblant.

L’empire romain succéda à l’empire d’Alexandre le Grand, Cet empire mit en avant l’or et la conquête de l’or comme base économique. En 3 siècles, l’empire romain avait le contrôle de toutes les mines de Roumanie, de Bretagne et d’Espagne.

Une légende raconte qu’en 390 av JC, les Gaulois tentèrent une attaque surprise à Rome. Durant la nuit s’approchant du temple, des oies se mirent à caqueter sonnant l’alerte. La ville fût ainsi sauvée. Reconnaissants les Romains construisirent un temple à la déesse de l’alarme Moneta. Le mot monnaie vient de là.

Au IVième siècle ap JC, les romains utilisaient depuis longtemps de la monnaie en or. Ils avaient l’habitude de stocker leur trésor dans le temple de Jupiter à Rome sur la colline du capitole pour des raisons religieuses ainsi que pour une meilleure sécurité.

Lorsque Jules César était gouverneur d’Espagne en l’an 61 av JC, il était fortement endetté. Il conserva pour lui et son armée une partie de l’or extrait d’Espagne. Au bout d’une année, il retourna à Rome pour racheter ses dettes et soudoyer son élection en temps qu’empereur. Jules César conquit la Gaule, l’Europe et les îles Britanniques. Une partie de l’or récolté fût distribué aux légionnaires et au peuple. Après la conquête de la Gaule par Jules César, il fit venir en Italie 100 000 esclaves gaulois pour travailler dans les mines.

Il créa une loi favorisant les naissances à Rome : les foyers ayant de nombreux enfants recevaient de l’or, ceux qui n’en avaient pas n’avaient plus le droit de porter des bijoux en or ou en argent. A cette époque, le peuple de Rome montrait sa richesse en portant de nombreux bijoux en or et en argent. Au fil des siècles, les mines d’or finirent par s’épuiser. La vie des romains ne changea pas de rythme pour autant. L’empire romain se ruina et s’affaiblit progressivement. Et ce fut la fin de leur règne en 476 ap JC lors de la guerre contre les Barbares.

L’empire romain avait un territoire immense. Ils avaient toujours besoin de plus d’or, les 5 tonnes extraites par année ne suffisaient plus à couvrir leurs besoins.

Vers 380 av JC Denys Ier de Syracuse était très endetté. Il ordonna à tous ses sujets de lui apporter leurs pièces d’or, un refus de leur part leur aurait valu la mort. Il fit fondre les pièces transformant une pièce en deux pièces par dégradation. Ainsi il put rembourser ses dettes.

La dégradation des pièces d’or réside en une diminution des quantités d’or utilisées tout en donnant la même valeur commerciale à la pièce.

Une fraude concernant les pièces d’or consistait à rogner les tranches des pièces pour récupérer de l’or et le revendre sur le marché noir. Cette pratique était monnaie courante au Moyen Age.

Les rogneurs de pièce limaient les bavures des pièces d’or. Lorsqu’ils avaient une quantité suffisante de rognures ils faisaient un lingot qu’ils revendaient. Si ils étaient pris en flagrant délit, ils encouraient une très lourde peine. Les juifs étaient souvent accusés de rogner les pièces, souvent à tort. C’était un peu une chasse aux sorcières.
La dégradation des monnaies entraîne une dépréciation de la monnaie ce qui engendre une inflation. De plus les pièces dégradées sont moins acceptées par les commerçants d’un pays à un autre.
Les empereurs romains usaient de la dégradation régulièrement pour pallier à leur manque d’or

En 200 ap JC, durant les invasions barbares, l’empire romain perdit sa monnaie. Dans ces temps de troubles et de carnages, les pièces n’étaient plus que très peu utilisées dans les échanges commerciaux. La population d’Europe entassait et cachait leur argent et utilisait d’avantage le troc.

Au IVième siècle ap JC L’empire byzantin était célèbre dans toute l’Europe dans le domaine de l’or car leurs orfèvres étaient des maîtres en la matière, ils étaient fort recherchés notamment par les Italiens amateurs de bijoux. Il s’agissait d’artistes les mieux reconnus au haut moyen age. Les Italiens on fait appel à eux pour les mosaïques de l’église San Vitale à Ravenne et ceux du portail de la basilique Saint Marc à Venise.

Au Vième et VIIième siècle, les byzantins ne pouvaient pas toujours lutter contre tous leurs agresseurs. Etant donné que l’empire Byzantin était riche, ils se mirent à donner régulièrement de grandes quantités d’or à leurs ennemis et à leurs alliés pour arrêter les attaques et obtenir des protections. Tout cet or venait surtout de Nubie jusqu’au VIIième siècle quand les Arabes conquirent la Nubie.

L’empereur byzantin Constantin ne voulait pas que les pièces d’or de l’empire nommées le besant soient frappées d’une autre effigie, prétextant que cette monnaie était reconnue et admirée à travers le monde entier. Constantin II rentra en guerre contre les arabes pour cette raison. Bien que les musulmans vainquirent, ces derniers changèrent l’effigie du Calife par des citations du Coran. Justinien II fut le premier à faire frapper des pièces représentant le Christ ce qui déclencha en partie une période de dévotion aux icônes. Les cultes autour de l’iconoclasme furent combattus avec force par l’église.